18 trucs de grand mère pour maigrir

Mettre sa curiosité en veille

Parfois, quand on parle de ses objectifs à son entourage, on reçoit beaucoup de suggestions et de conseils. Tout le monde a un avis sur l’amaigrissement : il m’arrive souvent encore de recevoir des conseils lorsque j’annonce que je stabilise mon poids après une perte de poids, même lorsque je précise avoir déjà perdu plus de 30 kilos et vaincu mon obésité. La plupart des gens veulent aider et c’est un geste que je salue.

Pour autant, ce qui a réussi à une autre personne ne vous réussira pas forcément. Quelqu’un de sportif peut maigrir avec beaucoup d’exercice et beaucoup plus vite qu’une personne non sportive. Et les conseils de l’entourage sont souvent teintés d’égo, et d’une expérience de vie qui n’est pas la vôtre. Alors mettez votre curiosité en veille et ne vous laissez pas influencer trop facilement. Notez les suggestions de vos amis, de votre famille, de vos collègues, et mettez ensuite vos notes de côté. Toutes ces suggestions et idées ne seront pas perdues.

Lorsque votre progression stagnera, vous pourrez alors relire vos notes pour trouver de nouvelles idées et façons de faire. C’est à ce moment-là que les conseils seront le plus utiles car ils vous permettront de débloquer votre situation. Ce n’est pas lorsque l’on progresse qu’il faut changer sa façon de faire, c’est quand on stagne. Ce raisonnement s’applique à tous les conseils reçus, quelle que soit la source (télévision, magazines, radio, internet). Tant que votre plan fonctionne, mettez votre curiosité en veille.

La motivation fluctue jour après jour, et elle varie aussi dans le courant de chaque journée. Lorsque l’on se lève, on est reposé et on prend généralement de meilleures décisions que plus tard le soir après une journée bien remplie. Le problème, c’est qu’il est impossible de savoir si on prend de bonnes ou de mauvaises décisions.

Il faut donc aussi anticiper les périodes pendant lesquelles on sera fatigué, pour éviter de prendre des décisions à ce moment-là : car c’est quand on est fatigué que l’on prend, en général, les décisions les moins intelligentes. Dans la pratique cela veut dire prévoir les moments où l’on sera fatigué ou stressé, les périodes riches en émotion, l’activité physique intense ou la pression du travail ou des études.

Pour donner un exemple concret, les personnes qui n’aiment pas cuisiner et raffolent des plats à emporter tels que les pizzas devront faire attention aux repas du soir, car ce sont les repas qui seront les moins agréables à préparer (après une journée épuisante). Une bonne idée sera de garder quelques plats préparés à l’avance dans le congélateur, ce qui est certes moins bon au gout qu’un plat frais, mais beaucoup moins lourd de conséquence qu’une grande pizza commandée sur un coup de tête (par paresse de cuisiner).





Découvrez le parcours de Anne, 28 kilos perdus définitivement :




 

Prendre des photos de ses repas

Prendre des photos de ses repas permet de se rendre compte plus facilement de ce que l’on mange. C’est aussi plus facile que de noter à l’écrit chaque aliment, ingrédient, et plat du repas. Vous pouvez mettre ces photos dans votre journal de bord, et elles vous serviront à évaluer votre progression.

Avant de commencer à manger, quel que soit l’aliment ou la boisson, sortez votre téléphone portable ou votre appareil photo numérique de votre poche et prenez une photo. Posez aussi votre main sur la table pour qu’elle soit bien en vue sur la photo (elle servira de repère pour la taille).

repas2 repas3 repas1

En fin de semaine, prenez 10 minutes pour faire le point sur vos repas de la semaine. Faites-vous réellement des efforts pour maigrir ? Suivez l’évolution de vos changements d’habitudes en photo en complément d’un journal écrit.

 

 

Partager son amaigrissement

Si je n’avais pas commencé à partager mon amaigrissement en 2011 sur le site Changer son Corps, vous ne seriez pas en train de lire cette page. Lorsque j’ai commencé à écrire sur le sujet j’étais loin d’en savoir autant qu’aujourd’hui. Mais c’était très motivant de partager ce que je vivais au quotidien, et de voir que mon expérience était utile à d’autres.

Pour partager votre parcours il n’est pas nécessaire de se lancer dans la création d’un site complet. Vous pouvez créer un blog gratuit sur une plateforme telle que Blogger (www.blogger.com) et y tenir un journal de vos aventures. Les moteurs de recherche comme Google ou Bing trouveront votre blog et indexeront son contenu, et d’autres personnes pourront le trouver très facilement.

Faites la promotion de votre blog et parlez-en autour de vous pour gagner des lecteurs, et surtout écrivez-y régulièrement pour satisfaire vos lecteurs fidèles. Vous n’avez pas besoin d’une grande audience, mais il faut tout de même être lu pour en tirer une certaine satisfaction personnelle et gagner en motivation. Participez dans les commentaires pour apprendre à connaitre vos lecteurs et répondre à leurs questions.

Contactez-moi et je vous enverrai quelques centaines de visiteurs pour vous aider à démarrer (mais publiez d’abord une dizaine de pages) !

 

Se lancer des défis

A quand remonte votre dernier défi ? Si vous êtes comme la plupart des gens ce n’est pas souvent que vous prenez la décision de vous mettre à l’épreuve. Et pourtant s’amuser de ses objectifs permet de garder le sourire et d’en faire quelque chose de moins sérieux au quotidien.

On peut trouver beaucoup d’idées de défis dans lesquels se lancer à court terme, pour compléter ses objectifs. Par exemple voici des défis sur une semaine :

  • Un légume à chaque repas, même une toute petite tomate cerise
  • Monter au moins 1 étage par les escaliers pour chaque bâtiment dans lequel on utilise l’ascenseur (trouver les escaliers est parfois une épreuve en soi)
  • Essayer un nouveau sport chaque jour du lundi au vendredi, pendant au moins 10 minutes : marche, course à pied, natation, vélo, shadow boxe
  • Pour chaque canette de soda consommé courir immédiatement et pendant au moins 15 minutes dehors (qu’il neige ou qu’il vente)

Les défis sont souvent plus amusants que des objectifs, ils sont aussi moins difficiles et permettent de garder le moral. C’est aussi un bon moyen de découvrir de nouvelles façons de faire.

Les défis sont surtout utiles à court terme. Si vous êtes joueur/joueuse et que vous avez une imagination débordante, vous adorerez les défis. Prenez alors l’habitude de vous mettre régulièrement à l’épreuve, tout(e) seul(e) ou à plusieurs (« pari d’ami » est de rigueur).

 

Régler le surpoids à la source

Le surpoids est un symptôme. C’est le signe que l’on mange trop par rapport à ses besoins. On sait comment corriger ce symptôme (manger moins) et pourtant cela ne règle pas le problème. Il est facile de masquer la douleur en prenant un cachet de paracétamol. Pour la perte de gras en revanche c’est plus difficile, et le surpoids ne part pas sans que l’on s’attaque directement au problème – on ne peut pas le masquer.





Les régimes, les méthodes d’amaigrissement, le coaching sportif, tout cela ne fait qu’effleurer le problème en surface. Pour trouver ce qui cause votre surpoids, vous allez avoir besoin de temps et d’efforts réguliers. Tenez un journal régulièrement, et en le relisant vous verrez apparaitre ce qui vous servira de base réflexion à ce problème : votre façon de penser.

Creusez chaque jour pour trouver la source de votre problème. Prenez votre mal en patience et vos efforts réguliers seront récompensé(e) : vous maigrirez définitivement, vous changerez votre corps pour de bon.

 

S’exposer au soleil

Il est important de s’exposer régulièrement au soleil pour refaire le plein de vitamine D. Cette vitamine, le corps ne peux pas la fabriquer. Il peut en revanche l’obtenir très simplement depuis les rayons du soleil. En hiver, en France et dans toute l’Europe, il y a une baisse de moral général et le soleil y est pour beaucoup. La vitamine D est responsable de la stabilité émotionnelle et contribue au bon fonctionnement du cerveau.

On ne peut pas obtenir suffisamment de vitamine D uniquement par l’alimentation. C’est pour cette raison que vous devez impérativement vous exposer au soleil chaque jour : pour refaire le plein de vitamine D et garder le moral.

Veillez toute l’année à vous exposer suffisamment au soleil chaque jour. Soyez-y particulièrement attentif durant l’hiver lorsque l’ensoleillement est limité. Si besoin, faites-vous prescrire auprès de votre médecin une cure de vitamine D sous forme d’ampoules pour corriger rapidement une carence (constatée par prise de sang).

 

Lire régulièrement

Vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur votre propre corps en étant curieux et en lisant régulièrement. La lecture, lorsqu’elle est en rapport avec un objectif, permet de trouver de nouvelles idées et de stimuler la créativité. Vous trouverez plus facilement des solutions à vos problèmes en vous soumettant à un champ d’idées plus large.

Maigrir est autant une question d’action que de réflexion. Ceux qui agissent trop sans réfléchir devraient essayer de contrer cette faiblesse en lisant un peu plus. Au contraire ceux qui n’agissent pas assez et passent leur temps à lire devront limiter leur temps de lecture.

Vous n’avez pas besoin de tout lire : on pourrait passer sa vie entière à lire des articles sur l’amaigrissement (surtout sur internet). Privilégiez la qualité sur la quantité et cherchez vos lectures en fonction de vos objectifs et de vos questions. Si vous cherchez à manger plus sainement, est-ce vraiment utile de chercher un plan d’entrainement pour faire du vélo elliptique ?

L’éducation ne se limite pas à la lecture. Vous pouvez aussi chercher du contenu sur d’autres supports : des vidéos (documentaires, vidéos sur YouTube, formations) ou de l’audio (podcasts, interview, émissions de radio).

Faites attention à la source des informations présentées : une entreprise pharmaceutique ou agroalimentaire, ce n’est pas la même chose qu’une association de consommateurs. Choisissez des sources d’informations honnêtes et franches.

 

Lire les étiquettes nutritionnelles

Il n’y a pas que les livres qui se lisent !

Il est inutile de compter précisément les calories. Mais lire les étiquettes nutritionnelles permet de mieux savoir ce que l’on met dans son assiette. Savez-vous combien de grammes de protéines contiennent les aliments que vous mangez le plus souvent ? Est-ce qu’il y a du sucre ajouté ? Y as-t-il plus de graisses que de glucides, ou vice-versa ?

Les étiquettes nutritionnelles sont une mine d’information. Comparez vos produits entre eux en prenant le temps de lire les étiquettes au supermarché. Essayez de trouver les aliments les plus sains, ceux qui contiennent le moins de sucre ajoutés ou d’acide gras saturés. Après quelques semaines vous commencerez aussi à voir où se trouvent les plus mauvais aliments dans vos repas.

Les industriels ne sont pas obligés d’afficher les valeurs nutritionnelles, on ne les oblige à afficher que la liste d’ingrédients. Mais la plupart jouent le jeu et il est facile aujourd’hui de savoir précisément ce que l’on mange. Saisissez cette opportunité pour apprendre ce que contiennent réellement vos assiettes. Vous pouvez aussi trouver ces informations nutritionnelles sur internet (grâce à des volontaires qui les répertorie).

 

Se brosser les dents

Il faut bien se brosser les dents après chaque repas, et cela aide aussi à maigrir en coupant la faim ! Faites-le juste après le repas quand c’est possible : cela enlève le gout des aliments de la bouche, et c’est une habitude qui signale la fin du repas.

De nombreuses personnes trouvent aussi un effet coupe faim psychologique au gout du dentifrice. Ce n’est peut-être pas prouvé scientifiquement, mais cette habitude vous aidera au moins à garder des dents en bonne santé et de vous éviter les caries.

 

Le sport n’est pas obligatoire

Le sport est une activité complète dont le but n’est pas de dépenser des calories mais d’apprendre à se connaitre et à mieux utiliser son corps. On peut pratiquer un sport pour maigrir mais ce n’est pas optimal et cela pour plusieurs raisons.

Tout d’abord lorsque l’on veut perdre du gras on se prive et on manque d’énergie. Cette énergie on ne la récupère pas en ajoutant du sport à son quotidien, bien au contraire : changer ses habitudes alimentaires et sportives au même moment c’est courir droit à l’abandon car on épuise sa motivation trop vite.

D’autre part, le sport n’est pas simplement de l’exercice. Le but recherché lorsque l’on pratique un sport qui nous tient à cœur, ce n’est pas de bruler des calories. On a plutôt envie de progresser et d’améliorer ses performances. Et dans ce cas, quand on stagne c’est très démotivant (imaginez pratiquer pendant 2 mois sans progresser).

Si vous pratiquez déjà un sport habituellement alors continuez à le faire, cela ne vous demandera aucun effort supplémentaire puisque c’est déjà une habitude. Mais si vous n’en faites jamais, alors remettez cela à plus tard. Commencez d’abord par maigrir en changeant vos habitudes alimentaires. Lorsque vous aurez perdu déjà quelques kilos il vous sera d’autant plus facile de commencer à pratiquer à ce moment-là.

Ceux qui ont plus de 15 kilos à perdre pour atteindre leur poids idéal ne devraient pas faire de sport. Si vous décidez tout de même d’en faire, alors faites-le dans l’optique de vous dépenser et de bruleur des calories, et pas dans le but d’améliorer vos performances en cherchant à aller trop fort trop vite ! Cela vous évitera d’être démotivé par la stagnation. Pratiquez par plaisir.

 

Faire plutôt de l’exercice

Le sport et l’exercice sont deux choses différentes. L’exercice est une activité physique que l’on pratique de manière habituelle sans forcément chercher à se dépasser. L’exercice permet de bruler des calories en utilisant vos capacités physiques sans pour autant les améliorer. C’est une activité routinière pour garder la forme.

L’exercice peut être utile pour accélérer légèrement la perte de gras. On peut perdre environ 25% de gras en plus en pratiquant 3 ou 4 heures d’exercice par semaine. Quand on maigrit au rythme de 4 kilos par mois, on peut donc espérer perdre environ 1 kilo supplémentaire en s’exerçant régulièrement.

L’exercice n’est pas une solution miracle. Chez certaines personnes il sera très démotivant, notamment ceux qui ont un emploi du temps très chargé, ou qui n’aiment pas du tout l’activité physique en général. Voici quelques idées d’exercices que l’on peut pratiquer régulièrement :

  • La course à pied, le jogging, le footing
  • La marche et la marche rapide
  • La natation
  • Le vélo dehors ou chez soi
  • La gymnastique douce ou rythmique
  • La danse
  • Le yoga

Choisissez une forme d’exercice qui vous plait. Utilisez vos capacités pour bruler quelques calories supplémentaires, mais n’oubliez pas que votre corps manque d’énergie et qu’il vaudra mieux s’économiser pour tenir la distance.

Que vous fassiez ou non de l’exercice, gardez toujours en tête que le plus important reste de manger raisonnablement par rapport à vos besoins. Si vous ajoutez 1 heure d’exercice à votre rythme de vie quotidien, mais que vous compensez en mangeant en plus grande quantité, cela sera inutile.

L’exercice physique n’est pas indispensable pour maigrir. Faites-le si vous en avez envie (effet positif sur le moral) ou si vous vous en sentez capable (c’est un objectif comme un autre), mais ne vous forcez pas à suer juste pour faire fondre votre kilos : ce n’est pas une solution miracle.

 

Se mettre des bâtons dans les roues

Lorsque l’on a de mauvaises habitudes on peut tout de suite limiter leur impact sur notre quotidien en se mettant des bâtons dans les roues. Le but est de rompre ses mauvaises habitudes en se mettant soi-même un obstacle en travers du chemin.

Ceux qui sont habitués à grignoter peuvent trouver utile, le jour où ils commencent à maigrir, de jeter toutes les friandises et gâteaux qui se trouvent à leur portée de main dans leurs placards. Ils se créent un obstacle de taille : pour en manger à nouveau, ils devront sortir en acheter.

Prenez l’habitude de vous mettre des bâtons dans les roues pour éviter vos mauvaises habitudes quelles qu’elles soient. Ce n’est pas forcément désagréable : vous pouvez en faire un défi amusant, tout seul ou à plusieurs.

Ne poussez pas ce principe beaucoup plus loin que la gêne, il n’est pas question de se faire souffrir mais juste de s’encourager à se dépasser. N’allez pas accélérer sur votre vélo avant de vous mettre violemment un bâton dans la roue avant au milieu de la circulation : c’est la catastrophe assurée !

 

S’habituer à la difficulté

Demandez à un sprinteur professionnel de courir un marathon et il pourra probablement le faire sans aucun problème malgré que ce ne soit pas sa spécialité. Il est habitué à l’effort et son corps est tout à fait capable de réussir une telle épreuve. C’est impensable pour le commun des mortels qui n’est pas entrainé et qui abandonnera bien avant la fin des 42 kilomètres.

S’habituer à la difficulté est une bonne habitude car on peut ensuite transposer sa capacité à tolérer cette difficulté dans d’autres domaines. Il est plus facile de commencer un nouveau sport lorsque l’on pratique déjà un sport régulièrement, que lorsque l’on reste inactif et avachi sur le canapé devant la télévision.

Pour reprendre l’exemple du marathonien, il ne faudra pas lui demander de battre des records de marathons alors qu’il débute dans cette discipline, mais il pourra tolérer l’effort et la distance sans grande difficulté et finir le marathon. Il sera meilleur, même si il ne s’est jamais entrainé spécifiquement pour ça. Il est habitué à s’exercer.

On peut appliquer ce principe aussi bien à l’amaigrissement. Lorsque l’on maigrit c’est la privation qui est difficile, et c’est cette privation qu’il faut s’habituer à supporter. C’est très stressant pour le corps, mais ce n’est pas impossible de maigrir si on se laisse le temps de s’habituer au manque d’énergie, à la faim, à la fatigue.

Plus vous allez maigrir, et plus vous pourrez tolérer la privation. Lorsque l’on veut courir on ne commence pas par courir un marathon : mais on peut y arriver après des mois et années d’entrainement. C’est pareil pour l’amaigrissement, alors mettez-vous au travail et entrainez-vous à supporter la difficulté.

 

Suivre une méthode qui fonctionne

Le plus important c’est d’obtenir des résultats. Il ne sert à rien de changer sa méthode d’amaigrissement quand on progresse. Si vous avez des résultats, si vous perdez du poids à vue d’œil et que la balance est devenue votre meilleure amie, alors continuez comme vous le faites et ne changez rien.

Il n’y a pas de méthode minceur meilleure qu’une autre. Tout dépend de votre situation personnelle. La meilleure méthode d’amaigrissement pour vous sera surement différente de celle qui fonctionnera pour votre voisin. Prenez l’habitude de suivre la méthode qui marche le mieux pour vous. Ne changez rien tant que vous progressez.



... pour en savoir plus, inscrivez-vous GRATUITEMENT et recevez en cadeau notre ebook Apprendre à maigrir définitivement : (cliquez sur l'image)

Inscription gratuite

(Sans engagement : désinscription possible à tout moment, en un seul clic)




 

Expérimenter de nouvelles choses

Certaines personnes aiment expérimenter pour trouver leurs propres solutions (alors que d’autres préfèrent suivre des plans d’actions déjà établis). C’est une façon de faire différente qui peut aussi amener des résultats. Si vous êtes une de ces personnes, je vous conseille d’expérimenter car cela rendra votre amaigrissement plus agréable et en accord avec votre façon de faire.



... pour en savoir plus, inscrivez-vous GRATUITEMENT et recevez en cadeau notre ebook Apprendre à maigrir définitivement : (cliquez sur l'image)

Inscription gratuite

(Sans engagement : désinscription possible à tout moment, en un seul clic)




On peut essayer de nouvelles méthodes d’amaigrissement pour se découvrir. Il existe des méthodes alimentaires comme le jeune intermittent ou le régime paléolithique, des méthodes sportives comme le fractionné ou la dose minimale, ou encore de compter ses calories ou marcher 3 heures par jour.

N’oubliez pas de prendre vos précautions. Expérimenter permet de garder la motivation et le moral, mais cela ne doit pas se faire au détriment de votre santé. Si vous voulez maigrir, après tout, c’est pour être en meilleure santé, alors faites des recherches et éviter les méthodes malsaines (comme les régimes draconiens).

 

Faire au plus simple

Faire simple peut paraître stupide ou inférieur à faire compliqué. C’est une idée préconçue qui a la vie dure. Faire au plus simple c’est d’abord rendre les choses moins compliquées. On peut prendre un problème complexe et établir une solution simple. Faire simple ce n’est pas rendre un problème plus simple : faire simple c’est simplifier plusieurs problèmes en un seul problème qui sera plus facile à résoudre.

Pour faire au plus simple, à chaque fois que vous ajoutez quelque chose, commencez par vous demander comment cela affecte votre plan d’action. Par exemple, si vous décidez de surveiller l’indice glycémique de vos repas et de ne consommer que des aliments à indice glycémique modéré, cela implique que vous devrez aussi :

  • Trouver de nouveaux aliments compatibles en plusieurs heures de recherche sur internet ou dans des livres
  • Consulter l’indice glycémique de chaque aliment ou ingrédient avant de l’acheter, de le préparer ou de le manger
  • Changer les modes de cuisson pour adapter vos ingrédients habituels (cuire les pâtes moins longtemps par exemple)

La seconde étape est de déterminer si tous ces changements seront intégrables dans votre quotidien de manière simple. Si (1) vous avez des difficultés à faire des recherches sur internet, (2) que vous détestez faire les course, ou si (3) la cuisine ce n’est vraiment pas votre tasse de thé, alors remettez votre décision en question. Car vous devrez contrer pas 1 mais 3 nouveaux problèmes simultanément. Ce ne sera pas simple.

Prenez l’habitude de réfléchir à ce que vous faites, à vos objectifs et à votre progression. Vous trouverez beaucoup de problèmes, tentez de les simplifier. Plus vous progresserez et plus il vous sera facile de simplifier les choses – cela vient aussi avec l’expérience.

 

Se comparer à soi même

La comparaison est utile mais pas toujours. Quand on compare par exemple deux personnes et les résultats qu’elles obtiennent avec un même programme donné (alimentaires, sportif) on peut apprendre des différences qui en ressortent. C’est comme cela d’ailleurs que fonctionne une partie de la recherche scientifique (on étudie les différences.)

Mais lorsque l’on se compare avec quelqu’un d’autre, il est difficile de comparer des résultats, et en particulier lors de l’amaigrissement puisqu’il s’agit d’un problème complexe. Une personne peut très bien suivre le même régime que vous et obtenir des résultats différents. Une simple différence de poids ou d’activité physique même légère (comme 30 minutes de marche à pied supplémentaire) peut faire la différence sur la balance entre une perte de poids et la stagnation.

Il est très difficile de se comparer correctement. Et baser ses hypothèses sur des comparaisons peut rapidement nous faire tourner la tête. Alors mon conseil c’est de ne pas vous comparer à d’autres mais de trouver vos propres solutions, en basant vos hypothèses sur votre expérience personnelle.

Les conseils que je vous donne par exemple ne seront pas tous bons à prendre, certains trucs de grand-mère fonctionnent dans mon cas alors qu’elles ne fonctionneront peut-être pas pour vous. Faites l’essai et trouvez cela par vous-même.

Si vous voulez faire la comparaison alors prenez en compte le poids précis, la taille, le niveau d’activité physique, etc. Mais gardez en tête que les apparences sont parfois trompeuses : certains de mes amis minces se vantent de pouvoir le rester tout en mangeant beaucoup, alors qu’en réalité manger beaucoup signifie pour eux 1 seul gros repas dans la journée.

Votre seule compétition est vous-même. Êtes-vous constamment entouré et entrain de vous comparer aux résultats des autres ? Mangez-vous parfois tout(e) seul(e), et passez-vous du temps parfois à ne rien faire ? Si non, alors peut-être que vous pourriez tirer avantage de quelques moments de solitudes pour réfléchir, inutile de vous y forcer mais donnez-vous l’occasion de le faire régulièrement.

Lorsqu’on maigrit on est fatigué et on a souvent besoin d’un peu plus de sommeil. On est aussi plus lent parfois dans la journée et un peu de repos ne fait pas de mal. Le temps tout seul est utile pour se détacher de la comparaison et c’est aussi un moment idéal pour se reposer.

 

Changer son environnement

L’environnement c’est tout ce qui vous entoure, aussi bien l’ensemble de vos interactions sociales, que la disposition des meubles, ou encore votre localisation géographique. On entend parfois des attaques sur les personnes en surpoids et en particulier les personnes atteintes d’obésité, qui laissent entendre une faute de la part de la personne en surpoids (« c’est de votre faute, vous mangez beaucoup trop ! »). C’est bien trop simplificateur pour être vrai.

La réalité est que l’environnement influence beaucoup nos décisions. Et une personne qui vous attaque personnellement pour vos kilos en trop fais partie de votre environnement : c’est une mauvaise influence, une influence émotionnellement négative, une influence peu constructive et peu inspirante.

Lorsque l’on habite loin d’une salle de sport cela change notre envie de nous y rendre : imaginez la différence entre habiter à 30 minutes ou à 2 minutes d’une gym. Cet exemple est très exagéré mais le principe n’en reste pas moins valable. Cela fait aussi partie de votre environnement.

Que vous ayez du mal à maigrir à cause d’une situation géographique comme d’habiter loin de votre club de sport ou de votre lieu de travail (qui vous prend du temps). Que vous manquiez de budget pour acheter des produits alimentaires de bonne qualité. Que vous subissiez une pression sociale de votre entourage familial ou communautaire. Tout cela fait partie de votre environnement, et c’est une source externe de stress.

Réfléchissez à votre environnement proche, qui vous influence peut-être plus que vous ne le pensez :

  • vos fréquentations à sens unique, dans lesquelles l’autre personne n’est pas un bon ami
  • l’endroit où vous rangez votre vélo d’appartement, ce qui demande 10 minutes d’acrobaties pour pouvoir vous en servir
  • un travail très bien rémunéré mais dont vous ne tirez aucune satisfaction personnelle car votre contribution n’est pas appréciée

Cela ne veut pas dire que la perte de poids est uniquement un problème externe et que vous n’y êtes pour rien : c’est aussi vous qui décidez de votre environnement ! Encore faut-il savoir que l’environnement peut vous influencer. Pour beaucoup de gens, c’est la pièce manquante du puzzle.

Prenez l’habitude de faire attention à votre environnement externe autant qu’à votre propre comportement. Éliminez les sources de stress négatif de votre vie quotidienne, et créez-vous un environnement aussi sain que possible pour perdre vos kilos sans les reprendre.



Découvrez nos guides minceur complets







Vous aimerez surement :



NOUVEAU : communauté d'entraide minceur



Rejoignez notre communauté d'entraide minceur, comprenant déjà plus de 1800 lecteurs du site, tous motivés pour perdre du poids sainement et durablement (sans jamais reprendre leurs kilos perdus). Notre communauté est un lieu d'échange et d'entraide, dans laquelle tous les participants se serrent les coudes. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour la découvrir.


Il n'y a pas encore de commentaires sur cette page !

Laisser un commentaire

Changer Son Corps

Changer Son Corps